Genocide Prevention

Since genocide is not a sudden, unforeseen catastrophe but rather the result of a long-term and deliberate process, it can be stopped before killing begins. While only military intervention will stop genocide once the extermination phase has begun, there are many more non-violent measures which can disrupt the genocidal process before it reaches that point. The international community, in the form of national governments and organizations such as the United Nations, has the resources to implement preventive measures and intervene militarily. However, most governments and other organizations are reluctant to commit resources for civilian protection in countries where they have no national interests.

Fortunately, effective early warning means that civil society groups can play a strong role in preventing genocide without government support, if necessary. This is where the Sentinel Project has a role to play. By building a comprehensive understanding of the factors which make genocide likely in a given country, monitoring the operational processes underway, and identifying the key actors, we can devise preventive measures most likely to stop the genocidal process. Of course, genocide prevention is a complex and difficult task and we cannot do this independently so we will always consult with experts, other NGOs, and threatened communities themselves before taking action.

There are many examples of preventive measures and the best options will always depend on a specific situation. However, that does not mean that we need to completely start over with each new situation of concern (SOC). Instead, our goal is to build a “preventive toolbox” of general measures that can be customized for a variety of situations. Here are a few examples:

  • Many genocidal regimes in the past have been very cautious and sensitive to both public and foreign pressure while they were still in the process of planning and preparing to exterminate their victims. Therefore, carefully organized protests either within an at-risk country or abroad could discourage a government from continuing to pursue its genocidal goals.
  • Gathering information on leaders who appear intent on committing genocide and initiating legal proceedings may discourage their actions.
  • Identifying and countering websites that incite hatred could hinder the process that radicalizes people against other groups.

These are just a few examples but the options for preventive measures are only limited by the creativity and motivation of the people who resist genocide.

 

 

Prévention du Génocide

Comme le génocide n’est pas une catastrophe soudaine et imprévue, mais plutôt le résultat d’un long-terme et processus délibéré, il peut être arrêté avant le début de mise à mort. Cependant que seule une intervention militaire arrêter le génocide une fois la phase d’extermination a commencé, il y a beaucoup plus de mesures non violentes qui peuvent déranger le processus génocidaire avant d’atteindre ce point. La communauté internationale, sous la forme de gouvernements et d’organisations nationales telles que les Nations Unies, a les moyens de mettre en œuvre des mesures préventives et et intervenir militairement. Cependant, la plupart des gouvernements et d’autres organisations sont réticentes à engager des ressources pour la protection des civils dans les pays où ils ont pas les intérêts nationaux.

Heureusement, une alerte précoce efficace signifie que les groupes de la société civile peuvent jouer un rôle important dans la prévention du génocide, sans l’appui du gouvernement, si nécessaire. C’est là où le projet Sentinel a un rôle à jouer. En construisant une compréhension approfondie des facteurs qui rendent génocide probable dans un pays donné, la surveillance des processus opérationnels en cours, et d’identifier les acteurs principaux, nous pouvons concevoir des mesures préventives les plus susceptibles d’arrêter le processus génocidaire. Bien sûr, la prévention du génocide est une tâche complexe et difficile, et nous ne pouvons pas faire cela indépendamment donc nous allons toujours consulter des experts, d’autres ONG et les communautés menacées eux-mêmes avant d’agir.

Il existe de nombreux exemples de mesures de prévention et les meilleures options dépendra toujours d’une situation particulière. Toutefois, cela ne signifie pas que nous devons commencer complètement plus avec chaque nouvelle situation préoccupante (SOC). Au lieu de cela, notre objectif est de construire une «boîte à outils de prévention” des mesures générales qui peuvent être personnalisés pour une variété de situations. Voici quelques exemples:

  • De nombreux régimes génocidaires dans le passé ont été très prudent et sensible à la pression publique et étrangers alors qu’ils étaient encore dans le processus de planification et la préparation d’exterminer leurs victimes. Par conséquent, manifestations soigneusement organisées soit dans un pays à risque ou à l’étranger pourrait décourager un gouvernement de continuer à poursuivre ses objectifs génocidaires.
  • La collecte d’informations sur les dirigeants qui ont l’intention de commettre un génocide et engager des poursuites judiciaires peuvent décourager leurs actions.
  • L’identification et la lutte contre les sites Web qui incitent à la haine pourrait entraver le processus qui radicalise les gens contre d’autres groupes.

Ce ne sont que quelques exemples, mais les options pour des mesures préventives ne sont limitées que par la créativité et la motivation des gens qui résistent génocide.