Early Warning System

The early warning system (EWS) is the core of our work here at the Sentinel Project because it is the tool we use to identify each situation of concern (SOC) and produce assessments which inform all of our prevention efforts. Essentially, the EWS combines elements of an information management and decision support system based on theoretical research into why genocides occur and supported by a software platform. The chart below illustrates how the different components of the system fit together.

The EWS is employed as a continual process divided into four phases which are subject to constant review. Each of these phases represents a different type of information gathering and analysis that takes place within different time frames. Together, they form a transparent, repeatable process that will satisfy the information requirements for effective early warning and prevention. Here is how the four phases work:

  1. Risk Assessment – This is where the early warning process begins as analysts examine many of the characteristics which may predispose a country to genocide. The risk factor list will be used here during an annual global survey to help determine which countries require more active monitoring as an SOC. Information will largely be gathered from UN, NGO, governmental, and academic sources. In addition to our own internal use, warnings resulting from this phase will be shared with both threatened communities and other anti-genocide advocacy organizations. Risk assessments may also help to inform structural prevention efforts.
  2. Operational Process Monitoring – Based on Gregory Stanton’s Eight Stages of Genocide model, this phase begins when a country is designated as an SOC during the risk assessment phase. Operational processes are the components of the overall genocidal process which facilitate the destruction of a group. Conducted on an ongoing basis, the information gathered here will be primarily event-based and will come from media and NGO reports, correspondents on the ground, and contacts with target communities themselves. This is one of the areas where we will leverage social media and the creative use of technology. Information gathered this way will help us to gauge how far the genocidal process has progressed, identify trends and patterns, who the main actors are, establish whether genocidal intent is present, and may inform operational prevention methods. We have created our own model adapted from Gregory Stanton’s 8 Stages of Genocide to categorize in 10 different stages the events we monitor for our situation of concerns.
  3. Vulnerability Assessment – This phase is currently just a concept awaiting future development, but its purpose will be to examine the characteristics of the country and all the actors within an SOC to determine just how vulnerable to attack that the threatened community is. This phase begins the transition from prevention into the field of mitigation and will aid in building target group resilience in the event of the worst-case scenario.
  4. Forecasting – A very difficult process which is also still in the concept stage, forecasting will be the most forward-looking phase of the EWS. This is where analysts will work to predict when genocidal violence may break out, how severe it is likely to be (building upon information from the vulnerability assessment), and what the most likely perpetrator courses-of-action are. This will inform intervention, response, and evacuation efforts.

Work on the EWS is currently focused on finalizing the list of risk factors to be used in the first phase and developing a tool for tracking, tagging, and visualizing events in the second phase. Keep watching this page in the future as we report further development progress.

Système d'Alerte Précoce

Le système d’alerte précoce (EWS) est au cœur de notre travail ici au projet Sentinel, car il est l’outil que nous utilisons pour identifier chaque situation préoccupante (SOC) et produire des évaluations qui informent tous nos efforts de prévention. Essentiellement, le serveur Web intégré combine des éléments d’une gestion de l’information et la prise de système de soutien basé sur la recherche théorique dans laquelle les génocides se produisent et soutenus par une plate-forme logicielle. Le tableau ci-dessous illustre la façon dont les différentes composantes du système emboîtent.

Le EWS est utilisé comme un processus continu divisé en quatre phases qui font l’objet d’un examen constant. Chacune de ces phases représente un type de collecte et d’analyse de l’information différente qui se déroule dans des délais différents. Ensemble, ils forment, un processus reproductible transparent qui saura satisfaire les besoins d’information pour l’alerte précoce et une prévention efficaces. Voici comment les quatre phases de travail:

1.Évaluation des risques – Ceci est où le processus d’alerte précoce commence comme analystes examinent un grand nombre des caractéristiques qui peuvent prédisposer un pays à un génocide. La liste des facteurs de risque sera utilisé ici au cours d’une enquête mondiale annuelle pour aider à déterminer quels pays exigent une surveillance plus active comme une SOC. L’information sera largement être recueillies auprès des Nations Unies, des ONG, du gouvernement et de sources académique. En plus de notre propre usage interne, avertissements résultant de cette phase seront partagés avec les communautés menacées et d’autres organisations de défense anti-génocide. Les évaluations des risques peuvent également aider à informer les efforts de prévention structurelles.

2.Processus Opérationnel de Surveillance – Basé sur le modèle de Gregory Stanton Eight Stages of Genocide, cette phase commence quand un pays est désigné comme SOC lors de la phase d’évaluation des risques. Les processus opérationnels sont les composantes du processus génocidaire globale qui facilitent la destruction d’un groupe. Menée sur une base continue, les informations recueillies ici sera principalement basée sur l’événement et viendra de médias et rapports d’ONG, des correspondants sur le terrain, et des contacts avec les communautés cibles eux-mêmes. Ceci est l’un des domaines où nous mettrons à profit les médias sociaux et l’utilisation créative de la technologie. Les informations recueillies de cette façon nous aidera à évaluer dans quelle mesure le processus génocidaire a progressé, identifier les tendances et les modèles, qui sont les principaux acteurs sont, établir si l’intention génocidaire est présent, et peut informer des méthodes de prévention opérationnels. Nous avons créé notre propre modèle adapté à partir de 8 étapes de Gregory Stanton de génocide à classer dans 10 stades différents les événements que nous surveillons pour notre situation des préoccupations.

3.Évaluation de la vulnérabilité – Cette phase est actuellement seulement un concept en attente de développement futur, mais son but sera d’examiner les caractéristiques du pays et de tous les acteurs au sein d’un SOC pour déterminer à quel point vulnérable aux attaques que la communauté menacée est. Cette phase commence la transition de la prévention dans le domaine de l’atténuation et l’aidera à construire groupe cible résilience en cas du scénario le plus défavorable.

4.Prévision – Un processus très difficile qui est également encore au étape de concept, la prévision sera la phase la plus prospective de l’EWS. Ceci est là où les analystes travailleront de prédire quand la violence génocidaire peut éclater, sa gravité est susceptible d’être (bâtiment sur les informations de l’évaluation de la vulnérabilité), et ce sont des cours-de-mesures agresseur les plus probables. Cette informera efforts intervention, d’intervention et d’évacuation.

Les travaux sur le EWS se concentre actuellement sur la finalisation de la liste des facteurs de risque pour être utilisé dans la première phase et développement d’un outil pour le suivi, le marquage, et de visualiser les événements dans la deuxième phase. Surveillez cette page à l’avenir que nous vous informons par ailleurs les progrès du développement.